L'onu dénonce la cupidité des entreprises gazières et pétrolières, qui profitent de la guerre

La colère des Nations Unies face aux "profiteurs de guerre" : le secrétaire général Antonio Guterres a dénoncé la "cupidité" des grandes entreprises pétrolières et gazières. Il alerte sur les conséquences, notant des "signes avant-coureurs d'une vague de révoltes économiques, sociales et politiques qui pourrait n'épargner aucun pays".

"Il est immoral que les compagnies pétrolières et gazières tirent des profits records de cette crise énergétique sur le dos des personnes et des communautés les plus pauvres et au détriment du climat, a tempêté Antonio Guterres. Les bénéfices combinés des plus grandes compagnies énergétiques au premier trimestre de cette année sont proches de 100 milliards de dollars. Je demande instamment à tous les gouvernements de taxer ces bénéfices excessifs et d'utiliser les fonds pour soutenir les personnes les plus vulnérables en ces temps difficiles. "

Le patron de l'ONU rappelle que d'ici fin 2022, 345 millions de personnes pourraient se retrouver en situation d'insécurité alimentaire dans 82 pays, soit 47 millions de plus à cause de cette guerre. Des pays qui avaient déjà du mal à se relever de la pandémie de Covid 19.

L'ONU propose des solutions pour faire des économies d'énergie

Les Nations unies ont appelé tous les pays, en particulier les pays développés, à prendre immédiatement des mesures d'économie d'énergie, notamment en limitant l'utilisation de la climatisation et du chauffage et en modifiant les transports.

Antonio Guterres a présenté un rapport contenant des propositions pour répondre à l'actuelle "crise énergétique", déclenchée en grande partie par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a déclaré que "les économies d'énergie, la promotion des transports publics et les solutions basées sur la nature sont essentielles".

Le rapport propose une série de mesures à court, moyen et long terme, en commençant par un appel aux économies d'énergie, destiné en particulier aux pays les plus riches.

L'ONU soutient les mesures immédiates qui sont approuvées ou discutées dans de nombreux endroits, comme l'augmentation de la température des climatiseurs en été ou la baisse de la température des systèmes de chauffage en hiver, et en appelle d'autres qui peuvent être mises en œuvre en quelques mois, comme l'amélioration de l'isolation des bâtiments ou l'installation de systèmes plus efficaces pour le chauffage des maisons.

Le chauffage représentait 50 % de la consommation finale d'énergie dans le monde en 2021, de sorte que ces mesures peuvent avoir un impact considérable.

En ce qui concerne la climatisation, le document souligne qu'une différence d'un degré Celsius peut réduire la consommation d'un appareil de 10 %.

L'ONU appelle également à des actions dans le domaine des transports telles que la réduction des limites de vitesse, des incitations à l'utilisation des transports publics et du covoiturage, la limitation des voyages d'affaires lorsqu'il existe d'autres alternatives, et la priorité au train sur l'avion lorsque cela est possible.

Dans le même temps, elle appelle les gouvernements à soutenir les ménages les plus défavorisés en leur donnant accès à l'énergie et en compensant les prix élevés.

À moyen et long terme, les Nations unies souhaitent un engagement plus fort en faveur des énergies renouvelables, de meilleures interconnexions électriques et des mesures visionnaires pour promouvoir une économie verte et réduire le gaspillage d'énergie.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles