Lonnie, gardienne du temple de Mohamed Ali

Quatrième et ultime épouse du champion de boxe, elle a consacré sa vie à défendre ses intérêts.

Pantalon sombre, chemisette blanche, nœud papillon noir. C’est dans cette tenue typique de l’Amérique des années 1960 que Cassius Clay déambule. Cet après-midi de mai 1963, celui qui n’est pas encore Mohamed Ali rend visite à ses parents, Cassius Senior et Odessa. Grâce à ses premiers combats, le champion de 21 ans a pu leur offrir une maison dans cette zone paisible de Louisville, dans le Kentucky.

Lire aussi: Biaggio Ali Walsh, le petit-fils de Mohamed Ali, s’installe sur la planète mode

L’agitation est sans pareille, les gamins du quartier s’agglutinent autour de la star locale. Sur le trottoir d’en face, Lonnie Williams, 6 ans, observe la scène. Elle ne connaît rien à l’art pugilistique et ne saisit pas l’importance de l’événement, mais ses deux frères insistent pour qu’elle traverse la rue : « La maison de mes parents faisait face à celle des Clay. J’étais timide, je me suis approchée pour le saluer et j’ai eu la chance qu’un photographe capture ce moment. » Une image pour la postérité. Ce cliché, paru dans le magazine « Look », témoigne de la rencontre.

Lire aussi:L'ultime adieu à Mohamed Ali

Bien avant l’amour, Lonnie sera la protégée du boxeur. Leurs vies sont diamétralement opposées. L’année suivante, sacré champion du monde des poids lourds, Cassius Clay annonce sa conversion à l’islam. En 1967, devenu Mohamed Ali, il est destitué de son titre : ayant refusé d’intégrer l’armée américaine, il a évité la prison de peu mais a été banni de son sport pendant trois ans. Pas question pour lui de partir faire la guerre au Vietnam. Lonnie, elle, va suivre une brillante scolarité dans un établissement catholique. Elle revoit régulièrement le champion quand, entre deux combats, il vient se ressourcer. Avec elle, il(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles