La longue histoire de l’Antarctique se cache au fond de ce lac

L’Antarctique n’a pas toujours été l’immense continent blanc et glacé que nous connaissons aujourd’hui. Les scientifiques le savent. Mais ils continuent de chercher des indices qui pourraient les aider à comprendre les détails de son histoire. Une équipe de l’université du Texas à Austin (États-Unis) vient de découvrir, sous la plus grande calotte glaciaire au monde, un gigantesque lac qui pourrait bien révéler quelques-uns des secrets les mieux cachés de l’Antarctique.

Comment y sont-ils parvenus ? Après trois années de relevés systématiques avec un rader capable de pénétrer la glace. Et avec des capteurs qui mesurent les changements infimes de la gravité et du champ magnétique de notre Terre. Car contrairement à la glace, l’eau reflète le radar comme un miroir. Les données gravimétriques et magnétiques, elles, ont éclairé la géologie sous-jacente de la région et la profondeur de l’eau et des sédiments.

C’est l’observation de cette dépression lisse qui a mis la puce à l’oreille des chercheurs qui ont ensuite enquêté pour savoir ce qu’elle cachait : un immense lac sous-glaciaire. © RadarSat, Agence spatiale européenne
C’est l’observation de cette dépression lisse qui a mis la puce à l’oreille des chercheurs qui ont ensuite enquêté pour savoir ce qu’elle cachait : un immense lac sous-glaciaire. © RadarSat, Agence spatiale européenne

Le lac — de près de 50 kilomètres de long, 15 kilomètres de large et 200 mètres de profondeur — a été baptisé Snow Eagle — comme l’un des avions qui a servi à sa découverte. Il se trouve quelque part sous plus de trois kilomètres de glace de l’Antarctique oriental dans un canyon de près de deux kilomètres de profondeur, sur celle que l’on appelle la terre de la Princesse-Elisabeth, découverte en 1931, à quelques centaines de kilomètres de la côte.

Le lac Snow Eagle découvert par une équipe de l’université du Texas (États-Unis) se trouve dans un canyon de l’Antarctique oriental recouvert d’une calotte glaciaire de plusieurs kilomètres d’épaisseur. © Institut de géophysique de l’Université du Texas
Le lac Snow Eagle découvert par une équipe de l’université du Texas (États-Unis) se trouve dans un canyon de l’Antarctique oriental recouvert d’une calotte glaciaire de plusieurs kilomètres d’épaisseur. © Institut de géophysique de l’Université du Texas

Des secrets enfouis dans les sédiments

Et c’est justement cette proximité à la côte qui rend ce lac encore plus intéressant aux yeux des chercheurs. Ils...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles