A Longjumeau, la vie au rythme de l’eau

Gérald Moruzzi
Longjumeau, ce mercredi

Les journées et les nuits sont longues pour ces habitants et ces professionnels impactés par les inondations.


Les bottes et les pompes sont toujours de sortie dans certaines zones de Longjumeau. Depuis le début de la semaine, et à l’image de bien d’autres communes en France, la ville fait face aux inondations comme elle le peut. Ce mercredi, la montée du niveau de l’eau a compliqué un peu plus le quotidien des habitants déja touchés.

Sous les fenêtres de la bien-nommée résidence Les Berges de l’Yvette, ce mercredi midi, la rivière bouillonne à quelques mètres et affleure presque la bordure gazonnée de son lit. « Le vide sanitaire est plein d’eau », indique une habitante, qui a la chance d’habiter en étage. Sa voisine du rez-de-chaussée est moins assurée de rester au sec. « On a connu pire, avoue cette dernière. Mais j’espère qu’il n’y aura pas d’orage dans les heures qui viennent. » Lors des inondations de juin 2016, l’eau était montée chez elle jusqu’à 1mètre.

Non loin de là, au croisement de la rue Michel-de-Gaillard et de l’allée de l’Effiat, l’inquiétude fluctue au gré des mouvements de l’eau. A la différence de juin 2016, Patricia n’a, pour l’heure, pas eu à utiliser de raclette et n’espère pas avoir à la dégainer. « Ils ont prévu de la pluie pour cette nuit », souffle-t-elle, le regard tourné vers l’eau trouble mordant le garage de ses voisins.

Le quartier privé d’électricité

Entre temps, Patricia aura fait face, en famille, à un autre imprévu. L’électricité a été coupée mardi soir, peu avant minuit. « Nous allons devoir vider le contenu de notre frigo et le mettre chez ma mère, qui habite un peu plus haut dans Longjumeau », explique-t-elle.

L’employé d’Enedis (filiale d’EDF) mobilisé dans la rue depuis le début de l’épisode n’a pas pu apporter de précision quant au retour du courant. Tout juste précise-t-il que l’eau doit redescendre assez pour donner accès aux transformateurs et autres installations électriques impactées.

L’épisode d’inondation couplé à la (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Ado tabassé en Essonne : la famille porte plainte contre la direction du collège
Tigery : « Le spot des carpe diem » n’attend plus que les supporters de football
Le Plessis-Pâté : le Download festival peaufine ses décors avant l’arrivée des premiers spectateurs
Déraillement du RER B : le jour d’après
Saint-Maurice-Montcouronne : deux ruisseaux débordent coup sur coup