Londres soutient l'initiative diplomatique américaine sur le Yémen

La Première ministre britannique Theresa May a apporté mercredi son soutien à l'initiative des Etats-Unis en faveur d'un cessez-le-feu et d'un processus de paix au Yémen. /Photo prise le 24 octobre 2018/REUTERS/Henry Nicholls

LONDRES (Reuters) - La Première ministre britannique Theresa May a apporté mercredi son soutien à l'initiative des Etats-Unis en faveur d'un cessez-le-feu et d'un processus de paix au Yémen.

"Nous soutenons évidemment l'appel des Etats-Unis à une désescalade au Yémen", a-t-elle dit devant le Parlement britannique.

"Un cessez-le-feu à l'échelle du pays n'aura d'effet sur le terrain que s'il s'appuie sur un accord politique entre les parties au conflit", a ajouté Theresa May.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a demandé mardi soir à la coalition conduite depuis mars 2015 par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis de stopper les bombardements contre les zones peuplées du Yémen.

Le département d'Etat a amplifié cet appel ce mercredi, réclamant la cessation "immédiate" des hostilités au Yémen.

Selon le porte-parole adjoint de la diplomatie américaine, Robert Palladino, tout est réuni pour faire avancer les discussions sur un processus de paix susceptible d'aboutir à la fin du conflit.

Washington demande parallèlement aux rebelles houthis, soutenus par l'Iran, de ne plus lancer de missiles contre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Ces déclarations interviennent alors que la question des ventes d'armes à l'Arabie saoudite a rebondi avec le meurtre du journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre dernier dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul (Turquie).

En trois ans et demi, la guerre au Yémen a fait plus de 10.000 morts, déplacé plus de trois millions de personnes et plongé le pays dans une grave crise humanitaire.


(Elizabeth Piper avec Phil Stewart à Washington; Jean Terzian et Henri-Pierre André pour le service français)