Londres se préparerait à verser 400 millions de livres à l'Iran

Le transfert de plus de 400 millions de livres (448 millions d'euros) à Téhéran, en remboursement d'une vieille dette pour un contrat militaire non respecté, n'a rien à voir avec le sort d'une Irano-Britannique condamnée à cinq ans de prison l'an dernier en Iran, a affirmé jeudi le porte-parole de Theresa May. /Photo prise le 15 novembre 2017/REUTERS/Toby Melville (Reuters)

LONDRES (Reuters) - Le transfert de plus de 400 millions de livres (448 millions d'euros) à Téhéran, en remboursement d'une vieille dette pour un contrat militaire non respecté, n'a rien à voir avec le sort d'une Irano-Britannique condamnée à cinq ans de prison l'an dernier en Iran, a affirmé jeudi le porte-parole de Theresa May.

Le journal The Sun a rapporté mercredi que Téhéran avait présenté une série de demandes en vue d'une éventuelle libération de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, directrice de projet pour la Fondation Thomson Reuters.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir cherché, selon l'accusation, à renverser les autorités religieuses de la République islamique.

Selon The Sun, l'Iran a réclamé à Londres le remboursement de 400 millions de livres payés en 1979, à l'époque du shah, pour la livraison de 1.750 blindés Chieftain et autres véhicules militaires qui n'ont jamais été livrés à Téhéran.

Le journal The Telegraph affirme que la Grande-Bretagne se prépare à transférer en Iran plus de 400 millions de livres.

(Paul Sandle et Guy Faulconbridge; Guy Kerivel pour le service français)