Londres : du délinquant Elms au terroriste Masood

Libération.fr

Elevé dans le Kent et habitué aux petits délits, le responsable de l’attentat de Westminster ne s’est radicalisé que tardivement.

Il ne s’est pas toujours appelé Khalid Masood. Quarante-huit heures après l’attentat de Westminster, le portrait du terroriste, qui a tué quatre personnes et en a blessé une cinquantaine, se précise. Et, de manière troublante, son parcours ressemble à celui de plusieurs des terroristes qui ont frappé ces derniers mois en France, en Belgique ou en Allemagne. Peu à peu émerge l’image d’un homme au passé teinté de violences et de criminalité, constamment en mouvement, mais radicalisé relativement récemment. En revanche, par rapport aux autres terroristes, son passage à l’acte est tardif. Masood avait 52 ans et sa dernière condamnation remontait à 2003. «Nous avons toujours su qu’il est exceptionnellement difficile de comprendre qui deviendra un terroriste, explique à Libération Shashank Joshi, chercheur au think tank Royal United Services Institute (RUSI). Masood a un profil inhabituel dans la mesure où seulement une minorité [des terroristes] se radicalise après l’âge de 30 ans. Son casier judiciaire rempli n’est pas une surprise, car plusieurs études ont démontré qu’une proportion significative de jihadistes avait été condamnés à plusieurs reprises.»

Foot, rugby et filles

Khalid Masood est né Adrian Russell Elms, le jour de Noël 1964, dans le Kent. Sa mère, Janet, n’avait alors que 17 ans. Et le père n’était pas là. Deux ans plus tard, elle épouse un certain Phillip Ajao - l’assaillant de Westminster a utilisé les deux noms alternativement, puis celui de Masood. Le couple et Adrian s’installent dans une maison de Rye, toujours dans l’East Sussex, au sud de Londres. Cette petite ville est l’archétype de la campagne anglaise : des ruelles pavées, des maisons à colombages, des fleurs aux fenêtres et une rivière qui serpente jusqu’à la mer toute proche. Une vingtaine d’années plus tard, la famille déménage à Tunbridge Wells, une ville un peu (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Sur Libé.fr Donald Trump presque parfait…
Etats-Unis : le projet Keystone XL relancé
Argentine La rue contre la rigueur
Neuf gardes à vue en cours
«L’Etat nord-coréen emploie des centaines de hackers»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages