Londres défie Washington en autorisant Huawei à participer à son réseau 5G

1 / 2

Londres défie Washington en autorisant Huawei à participer à son réseau 5G

La Première ministre britannique Theresa May a donné son feu vert pour une participation de l'équipementier chinois Huawei au réseau 5G, malgré la controverse entourant le groupe soupçonné d'espionnage.

Après un pas en avant et un en arrière, Huawei pourrai finalement participer au réseau 5G britannique, mais sous conditions. Selon le Daily Telegraph, Theresa May limite sa participation en exigeant que le groupe chinois soupçonné d'espionnage se limite aux infrastructures peu sensibles, comme les antennes, sans s'impliquer dans le coeur du réseau. Cette décision a été prise lors d'une réunion mardi du Conseil de sécurité nationale (National Security Council, NSC), composé de ministres et de hauts responsables de la sécurité et présidé par Theresa May.

Downing Street a refusé de confirmer l'information. "Nous ne commentons pas les discussions du NSC", s'est contenté de déclarer un porte-parole. De son côté, le ministère du Numérique a rappelé qu'une étude du gouvernement était en cours sur le réseau télécoms britannique et que les conclusions, qui sont attendues pour le printemps, seront "publiées en temps voulu".

Plusieurs autorités et responsables politiques britanniques avaient pointé les risques associés à Huawei, le ministre de la Défense Gavin Williamson ayant exprimé en décembre sa très "vive inquiétude" quant à la participation du chinois à la 5G britannique. Le service de renseignement britannique pour la cybersécurité (NCSC) avait lui récemment estimé que les risques posés par Huawei étaient "gérables", selon la presse.

L'Anssi veut dépassionner le débat

...Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi