Ce que l'on sait sur la variole du singe avec Xavier Lescure, de l'hôpital Bichat

The Conversation
The Conversation

Le 1er juillet dernier, l’OMS faisait part de son inquiétude quant à la flambée des cas de variole du singe en Europe, dont le nombre avait triplé en 15 jours. Une semaine plus tard, en France, la Haute autorité de santé préconisait d’élargir la vaccination préventive aux groupes les plus exposés, un avis suivi par le gouvernement.

Professeur des universités et praticien hospitalier à l’hôpital Bichat (AP-HP), Xavier Lescure fait le point sur la situation et revient sur les signes qui doivent alerter.

The Conversation : Au 12 juillet, Santé publique France dénombrait 912 cas confirmés de variole du singe en France. Comment se transmet le virus responsable de la maladie ? Quels signes doivent alerter ?

Xavier Lescure : Le virus Monkeypox, qui cause cette maladie, peut s’attraper en touchant les lésions (boutons, pustules) d’une personne infectée ou des objets qui ont été contaminés (linge, couverts, etc.). Il est en effet capable de survivre plusieurs jours sur les surfaces inertes. Il pénètre dans l’organisme par des microlésions de la peau, qui sont tout le temps présentes mais qu’on ne remarque pas forcément. Se gratter le nez avec des mains contaminées est une autre façon de s’infecter.

La phase d’incubation dure de 6 à 13 jours. Elle est suivie par une phase prodromique qui dure environ deux jours pendant laquelle se manifestent les signes avant-coureurs de la maladie : fatigue, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, augmentation du volume des ganglions lymphatiques…

Durant cette période, le virus est présent dans le sang. Il est possible qu’il puisse se transmettre par voie aérienne (via de grosses gouttelettes ou par aérosol). Toutefois, les preuves scientifiques manquent encore pour étayer solidement cette hypothèse. On considère donc que l’on est généralement peu – voire pas – contagieux durant cette phase, qui n’est pas constante chez tous les malades.

On devient en revanche contagieux une fois que les lésions apparaissent, car elles contiennent des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles