Ce que l'on sait de la réforme des retraites, ce qu'il reste à négocier

Emmanuel Macron l'a lui même reconnu vendredi : "On ne connaît pas les termes exacts" de la réforme des retraites. A quelques jours de la grande mobilisation du 5 décembre, le gouvernement continue à entretenir le flou sur plusieurs points clés. Une chose est sûre, l'exécutif affiche sa "détermination" et assure avoir un "mandat" pour changer le régime actuel. Voici ce que l'on sait déjà sur cette réforme alors que de nombreuses questions doivent encore être clarifiées.    

Lire aussi - Mais pourquoi Emmanuel Macron veut-il réformer les retraites?

Ce qui est acté

Emmanuel Macron l'avait promis durant sa campagne. Edouard Philippe l'a de nouveau confirmé mercredi. Le gouvernement ne cédera pas sur le principe d'un régime de retraite universel, par répartition et par points. "Nous ne transigerons pas sur l'objectif", a-t-il lancé mercredi.  Conséquence logique de l'instauration d'un régime universel : les régimes spéciaux seront supprimés (RATP, SNCF...). "Les régimes spéciaux ont tous vocation à retrouver le régime universel. Il ne faut plus embaucher de nouveaux jeunes qui seront dans le système historique, ça n'a plus aucun sens", a insisté Emmanuel Macron vendredi. "Je ne vais pas expliquer au chauffeur de bus d'Amiens que sa retraite n'a rien à voir avec (celle) d'un chauffeur de la RATP". La valeur du point de retraite sera indexée sur le niveau des salaires. Une "garantie", selon Edouard Philippe. Le gouvernement s'engage à une pension minimum de 1.000 euros pour u...
Lire la suite sur LeJDD