Ce que l'on sait du meurtre de Vanessa, l'adolescente de 14 ans tuée à Tonneins

Ce que l'on sait du meurtre de Vanessa, l'adolescente de 14 ans tuée à Tonneins

Le corps d'une jeune fille de 14 ans a été retrouvé vendredi dans une maison abandonnée du Lot-et-Garonne, après les aveux d'un homme de 31 ans qui a aussi reconnu l'avoir abusée sexuellement.

Vanessa, une adolescente de 14 ans portée disparue depuis vendredi, a été retrouvée morte le lendemain dans une maison abandonnée située à Tonneins (Lot-et-Garonne). Un peu plus tôt, un homme de 31 ans avait été interpellé et placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi. Lors de son audition, il a rapidement reconnu avoir agressée sexuellement la collégienne, qu'il ne connaissait pas, avant de la tuer.

· Une collégienne d'origine espagnole

Vanessa, 14 ans, était une jeune fille d'origine espagnole scolarisée au collège Germillac de Tonneins, en fillière UP2A (un dispositif d'aide à l'apprentissage du français par les élèves nouvellement arrivés en France) où elle apprenait le français.

Elle était l'aînée d'une fratrie de trois enfants, et avait un petit frère et une petite soeur de 10 et 12 ans. Toute la famille était en état de choc ce samedi: leur mère a dû être hospitalisée brièvement dans la nuit de vendredi à samedi.

· Une mystérieuse disparition à sa sortie du collège

Vendredi à la mi-journée, Vanessa sort de son collège. Mais ses parents, ne la voyant pas revenir, signalent sa disparition en fin d'après-midi, à 18h45. Le procureur de la République a fait savoir, lors d'une conférence de presse ce samedi, que cet appel avait été "immédiatement" pris au sérieux par les gendarmes.

Les enquêteurs visionnent alors pendant deux heures toutes les images des 28 caméras de vidéo-protection de la commune de Tonneins, sur lesquelles ils parviennent à repérer Vanessa. À 13 heures, la jeune fille apparaît sur une image en train de marcher dans une rue, alors qu'elle semble être sur le trajet retour de son collège. Les images de vidéosurveillance montrent ensuite un véhicule passer, mais on ne voit à aucun moment l'adolescente monter dans la voiture.

· Un homme de 31 ans interpellé

Dans le cadre de l'enquête, les gendarmes passent alors toutes les plaques d'immatriculation de leurs fichiers au crible, ainsi que les propriétaires des cartes grises des véhicules.

Le nom d'un homme ressort à ce moment-là: un individu de 31 ans qui travaille comme intérimaire et habite à Marmande est alors interpellé vendredi à 22h45 et placé en garde à vue. Le procureur de la République a décrit samedi un homme n'étant pas "désociabilisé" et ayant un logement.

Lorsque les gendarmes arrivent chez lui, il leur lance: "Je sais pourquoi vous êtes là". Il est placée en garde à vue vendredi à la brigade de recherche de Marmande. Selon nos informations, celle-ci a été prolongée samedi soir par le parquet. Une perquisition a donc été menée à son domicile, et une enquête de voisinnage lancée.

· Un individu déjà connu des services de police

Le procureur de la République d'Agen a fait savoir que le suspect était déjà connu des services de police. Ce dernier avait été condamné en septembre 2008 par le tribunal de Rochefort pour une agression sexuelle sur mineur de 15 ans. Les faits remontent à 2006.

Il avait été condamné à 15 jours de détention avec sursis probatoire pour une durée de 2 ans et n'avait aucun suivi socio-judiciaire. Depuis, cet homme n’avait plus fait parler de lui pour des faits à caractère sexuel. Uniquement pour des faits de vols et de dégradations.

· Des aveux rapides en garde à vue

Selon nos informations, lors de sa première journée de garde à vue, le suspect a avoué avoir agressé sexuellement l'adolescente de 14 ans, qu'il ne connaissait pas, dans sa voiture. Ils se trouvaient alors sur une autre commune que Tonneins.

Son avocate a déclaré, samedi soir, que son client se montrait "coopératif" dans le cadre de sa garde à vue. "Il répond aux questions qui lui sont posées, les auditions sont longues et vont se poursuivre une bonne partie de la nuit", a expliqué Sophie Grolleau à notre micro, affirmant que le mobile du suspect était à ce stade encore inconnu.

· Une autopsie réalisée dans les prochains jours

Une autopsie sera pratiquée sur le corps de la victime en début semaine prochaine, et les enquêteurs attendent toujours les retours des analyses toxicologiques du suspect. Une cellule psychologique a été ouverte dans le collège de la jeune fille.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Tonneins : le suspect a reconnu une agression sexuelle