Ce que l'on sait de l'attaque à la machette dans deux églises du sud de l'Espagne

Attaque dans une église en Espagne, un sacristain mort et un prêtre blessé - AFP
Attaque dans une église en Espagne, un sacristain mort et un prêtre blessé - AFP

Un sacristain est mort et plusieurs personnes ont été blessées, dont un prêtre, dans une attaque "à l'arme blanche" ce mercredi soir, peu avant 20 heures, dans la ville d'Algésiras, au sud de l'Espagne.

• Un sacristain tué

Il est environ 18h30 quand un homme vêtu d'une djellaba noire se rend dans l'église de San Isidro du centre d'Algésiras, appelant les fidèles à se convertir à l'islam. Moins d'une heure plus tard selon les autorités, il retourne dans cette église, cette fois armé d'une machette, et attaque le prêtre, le blessant grièvement.

Des faits appuyés par une vidéo captée par des témoins, et diffusée par le quotidien El Pais, dans laquelle on peut voir l'homme marcher dans les rues de la ville, armé de ce qui ressemble à une machette.

L'homme se rend ensuite à l'église Nuestra Señora de La Palma, à quelques minutes à pied de la première église, où il s'en prend au sacristain après avoir causé divers dégâts sur l'autel et d'autres objets de culte.

Le sacristain réussit à sortir de l'église, mais est rattrapé à l'extérieur par l'assaillant, qui lui assène plusieurs blessures mortelles. Au moins trois autres personnes ont reçu des coups, jusqu'à l'extérieur de l'église.

• L'assaillant arrêté

Après cette attaque, l'auteur présumé des faits a tenté de se cacher dans une chapelle, avant d'être "immobilisé" et "arrêté" par la police, a indiqué le ministère espagnol de l'Intérieur. Selon plusieurs médias espagnols, dont le quotidien national El Pais, l'assaillant serait un homme de 25 ans de nationalité marocaine.

• Une enquête ouverte

"Les faits sont analysés et font l'objet d'une enquête. Il n'est pas possible pour le moment de déterminer la nature de l'attaque", a assuré le ministère de l'Intérieur.

Le parquet a annoncé pour sa part qu'une enquête avait été ouverte pour des "faits présumés de terrorisme". Elle sera menée par un juge de l'Audience Nationale, tribunal chargé des affaires de terrorisme.

• Vague de réactions

Juanma Moreno, président de la région d'Andalousie, a qualifié cette attaque de "terrible et insupportable".

"On a assassiné un sacristain et on a blessé au moins un prêtre", a-t-il dénoncé, tout en appelant à la "prudence" alors qu'une "enquête est en cours".

Le chef du Parti Populaire, principale formation de l'opposition de droite, Alberto Núñez Feijóo, s'est dit lui "consterné par les attaques commises ce soir à Algésiras".

Les derniers attentats perpétrés en Espagne remontent à août 2017, lorsque deux attaques commises par une cellule jihadiste avaient fait 16 morts et 140 blessés sur l'avenue des Ramblas de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils. Elles avaient été revendiquées par l'organisation État islamique. Les trois survivants de cette cellule avaient été condamnés à des peines de huit, 46 et 53 ans de prison.

Article original publié sur BFMTV.com