Ce que l'on sait de la cyberattaque contre l'hôpital de Villefranche-sur-Saône

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Les interventions chirurgicales prévues à l'hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône (Rhône) sont reportées, mardi 16 février. Le système informatique de l'établissement est visé depuis lundi matin par une vaste attaque au "rançongiciel". Les auteurs de l'attaque réclament le versement d'une rançon pour débloquer les données du système. Les sites de Villefranche, Tarare et Trévoux sont concernés.

Un piratage au milieu de la nuit

Cette attaque informatique a été menée par ce qu'on appelle un crypto-virus. Celui-ci se nomme "Ryuk" et consiste à chiffrer les données d'une cible puis à demander une rançon en échange du retour à la normale. L'attaque a été détectée sur le réseau informatique de l'hôpital à 4h30, lundi matin. Dans un communiqué, l'établissement explique avoir mis en œuvre "des actions" pour limiter la propagation du virus, en coupant les accès au système d'information et à internet.

"Tous les postes de travail ont été déconnectés, à l'exception du standard des urgences, l'ensemble de la téléphonie a été rendue inaccessible". Les équipes hospitalières ont immédiatement mis en place des procédures dites "dégradées" pour assurer les échanges d'informations nécessaires à la prise en charge des patients. Les investigations techniques se poursuivent avec l'aide de l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi).

Quelque 3 000 postes informatiques sont touchés par ce piratage, écrit le quotidien Le Progrès et le personnel n'a pas l'autorisation de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi