Ce que l'on sait sur la chute de drones d'explosifs russes "sur le territoire roumain" dénoncée par Kiev

Une nouvelle salve de drones russes a provoqué des échanges contradictoires, par communiqués interposés, entre l'Ukraine et la Roumanie. Kiev affirmant que des engins explosifs sont tombés à Bucarest, quand ce dernier réfute "catégoriquement" ces allégations. BFMTV.com fait le point sur les événements.

· L'Ukraine assure que des drones russes sont tombés en Roumanie

La Russie a mené tôt ce lundi une nouvelle salve de drones dans le Sud de l'Ukraine, endommageant des infrastructures. Mais Kiev a également assuré que des drones explosifs russes sont tombés dans la nuit en Roumanie, son voisin et membre de l'Otan, lors de cette nouvelle vague d'attaques de Moscou.

"Selon les informations des gardes-frontières de l'Ukraine, lors d'une attaque massive menée par la Russie dans la zone du port (ukrainien) d'Izmaïl, des drones 'Shahed' russes sont tombés et ont explosé sur le territoire de la Roumanie cette nuit", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, sur Facebook.

"C'est une nouvelle confirmation que la terreur des missiles russes constitue une menace énorme non seulement pour la sécurité de l'Ukraine, mais aussi pour celle des pays voisins, y compris des États membres de l'Otan", a assuré Oleg Nikolenko dans son communiqué.

Selon Andriï Demtchenko, un porte-parole des gardes-frontières, l'Ukraine "a enregistré deux détonations sur le territoire roumain, dans la zone du port d'Izmaïl, lors de l'attaque nocturne" russe.

· La Roumanie dément "catégoriquement" ces affirmations

Les drones explosifs russes ont touché plusieurs localités du district d'Izmaïl, où il y a un port sur le Danube, proche de la Roumanie et passage d'importance pour les exportations ukrainiennes.

Le problème, c'est que face aux déclarations des garde-frontières ukrainiens sur des explosions en Roumanie, Bucarest a rapidement "démenti catégoriquement" ces affirmations, par la voix de son ministère de la Défense.

Le ministère "surveille la situation en temps réel" et "à aucun moment", les attaques russes contre des infrastructures sur le Danube, près de sa frontière, "n'ont généré de menace militaire directe pour le territoire national ou les eaux territoriales de la Roumanie", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ce n'est pas la première fois que les deux pays ne s'entendent pas sur le déroulé d'événements. En février dernier, Kiev avait affirmé que deux missiles de croisière russes avaient survolé la Roumanie et la Moldavie. Si la Moldavie avait dénoncé "une violation inacceptable" de son espace aérien, la Roumanie avait, là encore, nié qu'un missile avait traversé son pays.

· Un sommet entre Poutine et Erdogan ce lundi

Les déclarations de l'Ukraine sont intervenues à quelques heures d'un sommet entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan dans le sud de la Russie, à Sotchi.

Les deux leaders doivent s'entendre sur une reprise pour la récolte d'automne de l'accord céréalier dont Moscou a claqué la porte mi-juillet, critiquant le fait que les exportations de ses propres produits agricoles et engrais soient entravées par les sanctions internationales. Négocié sous l'égide de la Turquie et de l'ONU à l'été 2022, cet accord visait jusque-là à protéger les exportations céréalières via les ports ukrainiens sur la mer Noire.

Recep Tayyip Erdogan, un des rares dirigeants au sein de l'Otan à préserver de bonnes relations avec Vladimir Poutine, espère faire de ces entretiens un tremplin en vue de négociations de paix plus larges entre Kiev et Moscou, alors que l'Ukraine se trouve en pleine contre-offensive sur le terrain.

Article original publié sur BFMTV.com