L'OMS suspend ses essais cliniques : "Nous avons testé" l'hydroxychloroquine mais "nous avons vu des effets indésirables", abonde l'infectiologue Jean-Daniel Lelièvre

franceinfo

Après la parution d'une étude médicale dans la revue The Lancet qui estime que l'utilisation de l'hydroxychloroquine pour soigner le Covid-19 est inefficace, voire néfaste, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a suspendu ses essais cliniques. Le chef du service de maladies infectieuses à l'Hôpital Henri Mondor, Jean-Daniel Lelièvre, abonde dans son sens ce mardi 26 mai sur franceinfo et explique qu'il a essayé de soigner des patients avec cette molécule, mais a constaté "des effets indésirables sur des électrocardiogrammes et nous avons arrêté les traitements".

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie et de ses conséquences dans notre direct

franceinfo. Comprenez-vous la décision de l'Organisation mondiale de la santé ?

Jean-Daniel Lelièvre. Oui, je la comprends tout à fait. Ce qu'il faut comprendre, c'est que quand on fait un essai clinique, on vise à savoir deux choses. La première chose, c'est l'efficacité d'un médicament. Et la deuxième chose, c'est la tolérance de ce médicament. Or, l'OMS vient d'avoir des informations publiées dans un article de la revue The Lancet, qui montre que l'hydroxychloroquine, associé ou pas à l'azithromycine, n'a pas d'effet positif sur l'évolution du Covid-19, voire aurait des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi