L'OMS sonne l'alarme face à la hausse d'épidémies zoonotiques en Afrique

En dix ans, le nombre de cas de ces maladies d'origine animale transmissibles aux humains, telles que la variole du singe, a augmenté de 63% par rapport à la décennie précédente. Les cas risquent d'augmenter en raison de la croissance démographique.

« Nous devons agir maintenant pour éviter que l'Afrique ne devienne l’épicentre des maladies infectieuses émergentes », a appelé ce jeudi 14 juillet l'Organisation mondiale de la santé lors d'une conférence en ligne.

Au moins 75% des maladies infectieuses émergentes sont causées par des agents pathogènes d'origine animale. Les fièvres hémorragiques virales comme la maladie à virus Ebola, représentent près de 70% de ces épidémies. Les 30% restants sont composés de virus tels que la variole du singe et la dengue.

Maladies sans frontières

Pour Karim Tounkara, représentant pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé animale, cette situation s'explique par l'empiètement des humains sur les terres réservées aux animaux sauvages. « L'activité humaine a détruit les écosystèmes et les barrières entre les animaux et les hommes, favorisant la propagation des maladies zoonotiques, détaille-t-il. Ces chiffres nous rappellent que les maladies ignorent les frontières et les barrières entre les espèces. »

À lire aussi : Variole du singe: l'Afrique a une expertise à faire valoir


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles