L'OMS rebaptise la variole du singe : elle s'appelle désormais "mpox"

Benjamin Polge / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Pour mettre fin aux propos racistes et stigmatisants liés à l'emploi du terme "monkeypox" (variole du singe en français), l'OMS a décidé de changer le nom de cette maladie.

Pour lutter contre les propos racistes et stigmatisants, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d'introduire un nouveau terme pour évoquer la variole du singe (monkeypox en anglais) : mpox. Le terme anglais date de 1970, après la découverte du virus responsable de la maladie chez des singes captifs en 1958.

La crainte que les patients s'isolent

Le 6 mai 2022, un cas de variole du singe était signalé au Royaume-Uni, avant de se répandre à l'Espagne, au Portugal, au Canada, aux Etats-Unis, à la Suède et à l'Italie alors que le virus est normalement présent en Afrique du Centre et de l’Ouest. "Lorsque l'épidémie de variole du singe s'est étendue au début de cette année, un langage raciste et stigmatisant en ligne, dans d'autres contextes (que celui de la maladie, ndlr) et dans certaines communautés a été observé et signalé à l'OMS, explique l'organisation onusienne dans un communiqué publié le 28 novembre 2022. Lors de plusieurs réunions, publiques et privées, un certain nombre de personnes et de pays ont fait part de leurs préoccupations et ont demandé à l'OMS de proposer une voie à suivre pour changer le nom." La ville de New York, aux Etats-Unis, avait ainsi demandé de rebaptiser la maladie de peur de certains malades préfèrent s'isoler plutôt que de demander des soins.

Un travail de consultation pour changer le nom de la maladie

C'est l'OMS qui se charge de baptiser - et plus rarement de rebaptiser - les maladies. Pour cela, elle publie la Classification internationale des maladies (CIM), une norme mondiale pour les données de santé et la documentation clinique. La dernière version publiée est la CIM11. L'organisation se sert également de la "Famille des classifications internationales liées à la santé" à travers une consultation qui inclut ses membres.

Dans le cadre de la mise à jour de la CIM et après avoir centralisé les avis d'experts, de pays mais aussi du grand public invité lui aussi à suggérer de nouveaux noms, l'OMS a fait plusieurs recommandat[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi