"L'OMS a commencé à dire qu'il fallait tester massivement en avril": Sibeth Ndiaye trahie par sa mémoire

1 / 2

"L'OMS a commencé à dire qu'il fallait tester massivement en avril": Sibeth Ndiaye trahie par sa mémoire

Mémoire défaillante, erreur, ou mensonge? Dimanche, la porte-parole du gouvernement, dont les interventions prêtent souvent à la controverse notamment dernièrement lorsqu'elle évoquait le port du masque sanitaire, Sibeth Ndiaye, était l'invitée de notre antenne. Et après que notre journaliste Apolline de Malherbe avait à juste titre relevé que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait recommandé une généralisation du dépistage bien avant que le gouvernement ne l''instaure, Sibeth Ndiaye a dit vouloir apporter une "petite correction":

"L’OMS a commencé à dire qu’il fallait tester de manière massive quelque part au cours, de mémoire, du mois d’avril. Et nous avons progressivement augmenté notre capacité de test."

16 mars 

Cette "petite correction" est hélas erronée. Car c'est le 16 mars dernier, comme le prouve ce compte-rendu officiel, que Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS expliquait, sans ambages, lors d'un point presse:

"Nous avons un message simple à l’attention de tous les pays: dépistez, dépistez, dépistez. Dépistez chaque cas suspect. Vous devez tester et isoler. On ne combat pas un incendie les yeux bandés et on n’arrêtera pas cette épidémie si on ignore qui est infecté et qui ne l’est pas."

Soucieux d'être bien compris, il ajoutait un peu plus loin:

"Encore une fois, notre message-clé est le suivant. Il faut dépister, dépister, dépister". 


A lire aussi


Article original publié sur BFMTV.com