"L'omnicanalité" : quand la crise réinvente notre manière de faire les courses

·1 min de lecture

Sur le plan de la consommation comme dans les autres secteurs de leur vie, les Français s'adaptent à la crise du coronavirus. "Durant le premier confinement, il y avait eu ce temps court, cette peur de manquer", se souvient au micro d'Europe 1 Michel-Edouard Leclerc, PDG du groupe E.Leclerc. Mais près d'un an plus tard, "on est dans le temps long et tout le monde l'a compris", estime-t-il. Exit, donc, les comportements consistant à faire du "stockage" à l'annonce d'un nouveau confinement ou couvre-feu. Le patron observe désormais des évolutions plus profondes - et plus durables, selon lui - dans nos attitudes. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 19 janvier

Une génération qui "veut pouvoir choisir"

"La génération qui me suit ne veut pas tout en même temps, mais elle veut pouvoir choisir", résume Michel-Edouard Leclerc. Un principe qui vaut "non seulement pour les produits" mais aussi pour "la manière dont ils arrivent" au consommateur. "Quand on part en vacances, on veut trouver ses courses en arrivant dans sa résidence secondaire" - et on s'arrête au Drive, ou on se fait livrer -, tandis que "si l'on est à Concarneau [dans le Finistère, ndlr], on n'a pas envie d'attendre le livreur Amazon toute la journée, donc on va au supermarché", illustre le PDG. 

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge en replay et en podcast ici

Ce fonctionnement porte un nom : "l'omnicanalité". "On est dans le multiple choix, et donc Leclerc s...


Lire la suite sur Europe1