Loire Atlantique : l'abattage de haies divise les habitants

Dans le Bocage de Loire-Atlantique, la tranquillité des lieux est, en ce moment, un petit peu troublé. À Rouans, petit village de 3 000 âmes, les haies sont attaquées à la pelleteuse. C'est un programme d'aménagement lié à la création d'une nouvelle route. La commune en profite pour réunir des parcelles agricoles très disséminées et 8 km de haies doivent être arrachés. Pour certains, les haies doivent être protégées "L'objectif est de réaménager de telle sorte que ce soit plus facilement exploitable, qu'il y ait des chemins qui puissent desservir l'ensemble des îlots de propriété et des îlots d'exploitation", explique Jacques Ripoche, maire (sans étiquette) de Rouans. Ces travaux ont été validés par le préfet et financé par le département à hauteur de 800 000 euros. Dans le village, on en parle depuis neuf ans déjà. Des années de consultations... et de tensions. Car certains habitants ne s'y font pas. Pour eux, les haies doivent être protégées car elles font du bien aux animaux.