Des "hurlements terribles" : elle ébouillante la fille de son compagnon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Une femme a été condamnée mercredi 29 septembre 2021 à cinq ans d'emprisonnement par la cour criminelle de la Loire-Atlantique après avoir délibérément ébouillanté la fille de son ex-compagnon. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une femme a été condamnée pour avoir ébouillanté la fille de son ex-compagnon. L'enfant a été grièvement blessée par un liquide d’une température de 73,9°C. 

Une femme de 33 ans a été reconnue coupable mercredi 29 septembre, de "violences volontaires suivies de mutilation ou d’infirmité permanente" par la cour criminelle de la Loire-Atlantique après avoir délibérément ébouillanté la fille de son ex-compagnon, âgée de 3 ans à l'époque, rapporte L’Écho de la Presqu’île Guérandaise et de Saint-Nazaire.

Les faits se sont déroulés le 22 août 2016 à Saint-Nazaire. L'accusée confie s'être sentie "contrainte" par son compagnon de garder cette fille "championne des galipettes." La femme nie cependant avoir ébouillanté la petite fille et assure que cela s'est produit en son absence.

Un liquide d’une température de 73,9°C

Une voisine a rapporté des "hurlements terribles", pendant vingt minutes. L'accusée dit n'avoir rien entendu et explique que l'enfant se serait brûlée tout seule en manipulant le pommeau de douche de la baignoire, lorsqu'elle était à la cave.

Elle a évoqué un "dysfonctionnement au niveau de l’eau chaude" et "une chaudière mal réglée." Selon une experte, l'enfant a été grièvement blessée par un liquide d’une température de 73,9°C ce qui n’était donc "pas compatible" avec la thèse de la jeune femme. Selon cette médecin, "la brûlure intentionnelle" était "la thèse la plus probable", au vu de l’absence de ruissellement sur les pieds de la petite fille. 

5 ans de prison 

L'accusée a confirmée avoir été "exaspérée" par les "caprices" de cette fillette "turbulente" mais a assuré ne l'avoir jamais frappée.  

"C’est une lutte de pouvoir entre une adulte et une enfant de 33 mois", a déclaré l’un des deux avocats des parties civiles. "Madame voulait asseoir son autorité, alors qu’elle trouvait son compagnon trop laxiste. C’était une façon de dire 'La fête avec papa, c’est fini'".

La trentenaire a été condamnée à 5 ans d’emprisonnement. Le montant définitif des dommages et intérêts sera arrêté lors d’une audience ultérieure. l’ITT de l’enfant, brûlée sur 39 % du corps, a été fixée dans un premier temps à six mois minimum.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles