Loi sur la sécurité globale : des restrictions de liberté nécessaire ?