Loi "Sécurité globale" : "Il n'appartient pas à une commission de contourner l'activité des représentants du peuple", juge le vice-président LREM de l'Assemblée

franceinfo
·1 min de lecture

Les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat ont exprimé, vendredi 27 novembre, leur opposition à la création d'une commission extérieure pour réécrire l'article 24 de la loi "Sécurité globale", comme l'a annoncé le Premier ministre. "Il n'appartient pas à une commission administrative dont on ne connaît ni la légitimité, ni la composition de contourner l'activité des représentants du peuple", estime Hugues Renson, vice-président LREM de l'Assemblée nationale, sur franceinfo. Jean Castex a expliqué vouloir rediscuter du sujet "sereinement".

franceinfo : Comment avez-vous réagi quand vous avez appris qu'une commission extérieure serait instaurée pour réécrire l'article 24 ?

Hugues Renson : J'ai ressenti de la sidération et de l'incrédulité, parce qu'on a appris l'existence de cette commission alors même que le texte, et quoi qu'on pense de ce texte, est actuellement en discussion au Parlement. Il y a une navette parlementaire, et je crois qu'il faut respecter le droit parlementaire, c'est ainsi que fonctionne la démocratie dans ce pays. Il n'appartient pas à une commission administrative dont on ne connaît ni la légitimité, ni la composition de contourner l'activité des représentants du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi