Loi sur la "sécurité globale" : l'article 24 suscite la controverse à l'Assemblée

·1 min de lecture

Il va y avoir du débat, promet la gauche. Les députés ont commencé mardi à débattre de la loi sur la sécurité globale à l'Assemblée nationale. Déjà contestée avant l'étude des premiers amendements elle a fait l'objet de nouvelles critiques dans l'hémicycle, notamment sur l'article numéro 24 qui propose l'encadrement strict de la diffusion des images de policiers et de gendarmes. Si le gouvernement et le groupe LREM défendent ce texte, plusieurs groupes d'opposition et même le MoDem, appartenant pourtant à la majorité présidentielle, demandent une modification de la proposition de loi.

La gauche, le MoDem ET L'UDI demandent une révision de l'article 24

Socialistes, communistes et insoumis sont vent debout contre le texte et notamment son article 24 qu'ils jugent liberticides. Boris Vallaud, porte-parole du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée nationale, considère que la proposition de loi "parait présenter des risques bien trop grands. Est-ce que cette loi aurait permis de révéler les images de monsieur Benalla ? Je ne le crois pas". Pour le socialiste Hervé Saulignac, "même Sarkozy n'était jamais allé aussi loin". La France insoumise dénonce, elle, le risque "d'autocensure".

>> Retrouvez Europe Soir avec Julian Bugier en replay et en podcast ici

Le MoDem souhaite, lui, supprimer l'article 24, comme l'explique le député Erwan Balanant : "On est dans un état de droit où l'on est à visage découvert. Si les images sont utilisées de façon qui porte atteinte à la sécurité des...


Lire la suite sur Europe1