Loi "sécurité globale" : Arié Alimi appelle à se battre "pour la liberté de la presse"

·1 min de lecture

Pour Arié Alimi, "tout est encore possible". Dans un climat tendu, l'Assemblée nationale a voté vendredi soir la mesure la plus controversée de la proposition de loi "sécurité globale" pénalisant la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre. Face à la fronde des défenseurs des libertés publiques et des sociétés de journalistes, le gouvernement a précisé l'article litigieux qui pénalise la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" des forces de l'ordre en intervention quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

Des explications loin d'être satisfaisantes pour l'avocat Arié Alimi, membre de la Ligue des droits de l'homme. "C’est un combat politique, c’est un combat pour la liberté de la presse", affirme-t-il au micro d'Europe 1. L'opposition, dit-il, doit se poursuivre. "Tout est encore possible dans ce combat politique. Et on le mènera jusqu’au bout car ce sont des valeurs fortes, des valeurs essentielles." 

Un rassemblement prévu samedi à Paris

Pour le ministre de l'Intérieur, la mesure permet de "protéger ceux qui nous protègent", confrontés à une violence qui déborde sur les réseaux sociaux. Journalistes, défenseurs des libertés publiques et pourfendeurs des violences policières dénoncent, eux, "une atteinte disproportionnée à la liberté d'expression". Un rassemblement est prévu samedi après-midi, place du Trocadéro à Paris.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Des manifest...


Lire la suite sur Europe1