"La loi du rêveur" : Pennac rend hommage à Fellini et à son extraordinaire "Livre de mes rêves", réédité

Laurence Houot

Deux livres sortis début janvier 2020 invitent le lecteur à rêver. Le premier, La loi du rêveur (Gallimard), est signé Daniel Pennac. Le romancier y fait le libre récit de ses rêves d'enfance, tout en rendant hommage à Federico Fellini, qui pendant 30 ans, de 1960 à 1990, a noté et dessiné chaque jour ses rêves au réveil. Ses textes et dessins délirants et éclairants sur son œuvre cinématographique sont rassemblés dans Le Livre de mes rêves, publié dans une nouvelle et très belle édition chez Flammarion, à l'occasion du centenaire de Fellini, qui aurait eu cent ans le 20 janvier 2020.

"Quand j'avais six ou sept ans j'étais convaincu qu'il existait deux vies, l'une que l'on vivait les yeux ouverts, l'autre les yeux fermés". C'est par cette phrase, mise en exergue, que le père de Malaussène et de Kamo ouvre son dernier livre. Pas un roman, pas un essai, plutôt une balade qui commence avec un premier rêve.

En vacances avec son copain Louis dans la maison familiale du Vercors, l'auteur, 10 ans, s'endort sur cette idée que "la lumière, c'est de l'eau". Dans le rêve qui suit, son copain Louis, ses parents, tout le monde, dans la maison, a disparu.

"J'appris à recueillir leurs rêves"


Dans le salon, de la télé "éventrée" s'écoule "une large nappe de lumière silencieuse, faite de visages qui se distendaient comme des chewing-gum"… Le rêve se déploie au fil du récit, proliférant "avec la dévorante ampleur du lierre (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi