Loi sur le pouvoir d'achat : les promesses de compromis enterrées ?

Lundi à l'Assemblée nationale débutait l'examen du projet de loi sur le pouvoir d'achat . La prime Macron était au cœur du débat, mais la séance fut davantage marquée par les invectives entre les députés de la France insoumise et du Rassemblement national. Au cœur des tensions dans l’hémicycle, les promesses de compromis du gouvernement… Qui n’avait accepté mardi soir que très peu d’amendements de l’opposition.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Pour le député LFI Adrien Quatennens, en l’état, l’union de la gauche ne peut voter ce texte. "Il faut arrêter de raconter des histoires. Monsieur Macron ne donne rien, il contourne l'essentiel et en l'état, c'est un projet de loi que les députés de la NUPES ne peuvent pas voter. Donc le gouvernement, s'il veut faire un compromis comme il l'a affiché, doit y intégrer des propositions que nous faisons, l'augmentation du Smic par exemple."

"Urgence à protéger le pouvoir d'achat des Français"

Pour Benjamin Haddad, député Renaissance, c’est la France Insoumise qui fait de l’obstruction parlementaire. Et il n’a jamais été question de faire des compromis avec le principal groupe de la NUPES. "On a dit qu'on était prêts à faire des compromis, à négocier, à travailler avec les oppositions de l'arc républicain. Ça n'inclut pas ni l'extrême gauche des insoumis, ni l'extrême droite. Notre priorité, c'est avant tout d'adopter ce texte rapidement, en urgence, parce qu'il y a urgence pour protéger le pouvoir d'achat des F...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles