Loi contre le gaspillage : les invendus non-alimentaires échappent encore à la règle et sont régulièrement détruits

Sophie Auvigne, franceinfo
Depuis trois ans, la loi interdit aux commerçants de détruire les produits alimentaires encore comestibles mais dont la date limite de consommation est dépassée de seulement quelques jours. Mais les produits non-alimentaires ne sont pas concernés par cette loi.

Des aliments invendus encore comestibles, mais systématiquement javellisés par les commerçants : depuis trois ans et l'entrée en application de la loi Garot, cette pratique est interdite, pour limiter le gaspillage alimentaire. Mais voilà qu'une autre polémique apparaît autour des produits... non-alimentaires. Des textiles, des objets en plastique ou électriques sont passés à la broyeuse par Amazon, Burberry, Célio ou H&M.

30 millions d'euros de vêtements détruits chez Burberry

Il y a quelques semaines, l'opinion publique découvrait ulcérée les méthodes du géant de la vente par internet, après la diffusion d'un reportage de "Capital", sur M6. En Allemagne et en France, des broyeuses détruisent régulièrement les invendus d'Amazon, des objets neufs, des jouets, du petit électroménager...


Les marques Célio, H&M ou encore Burberry sont également épinglées pour détruire leurs invendus textiles. Cette dernière a brûlé en 2017 pour plus de 30 millions d'euros de vêtements invendus.

Une pratique classique, mais le sujet est un tabou absolu. Aucune enseigne ne l'avoue. C'est aussi (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi