Loi immigration: le RN se félicite de "victoires idéologiques" et ne ferme pas la porte à un vote du texte

Après des heures de négociations sur le projet de loi immigration, la députée Rassemblement national (RN), Edwige Diaz, estime que "ce texte reprend un nombre considérable de positions que nous défendons depuis plusieurs années avec Marine Le Pen".

"On n'a jamais vu le président de la Commission des lois avec une telle tête, c'est compliqué pour eux, ils sont dans la souffrance, ils sont même abattus", lance la parlementaire, qui affirme que les représentants de la majorité présidentielle ont "des mines déconfites".

Son collègue Yoann Gillet, qui siège au sein de cette commission de députés et sénateur qui doit trancher sur l'avenir du texte porté par Gérald Darmanin, a évoqué à ses côtés des "victoires idéologiques" pour le parti d'extrême droite.

"Un alignement sur les conditions posées par RN"

"Tous les arbitrages se font sur des points du programme de Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle", résumait quelques dizaines de minutes plus tôt sur BFMTV le député RN Jean-Philippe Tanguy. "On a un alignement sur les conditions posées par le Rassemblement national", lance-t-il.

"C'est une victoire idéologique considérable", dit aussi le parlementaire quand il évoque "la préférence nationale".

Les Républicains et les membres du camp présidentiel féraillent en effet sur la limitation des prestations sociales pour les étrangers qui travaillent. La droite veut conditionner les prestations sociales à cinq ans de présence sur le territoire (30 mois pour ceux qui travaillent), y compris les aides personnalisées au logement (APL), tandis que la majorité souhaite au contraire voir échapper à ces restrictions.

"Trop tôt" pour dire si le RN votera le texte

Après des heures de négociations, la CMP a été suspendue dans la nuit de lundi à mardi et reprendra mardi à 10h30. Des mesures ont toutefois été validées: un délit de séjour irrégulier puni d'une amende, ou encore une restriction de l'accès aux tarifs réduits dans les transports pour les sans papiers.

Les membres du RN seraient-ils prêt à voter le projet de loi en cas de reprise des propositions de Marine Le Pen dans un éventuel accord final? Sur BFMTV, Jean-Philippe Tanguy évoquait la "régularisation des étrangers" comme une ligne rouge à ne pas franchir.

"Il est trop tôt pour le dire", répondait de son côté à l'Assemblée nationale Yoann Gillet. "On est vraiment au tout début de l'examen" de ce texte.

"Il reste des dizaines d'articles. Mais on n'a jamais exclu que si le texte prenait des positions présentées par Marine Le Pen, on pourrait être amené à le voter. Ce soir, c'est beaucoup trop tôt pour le dire", expliquait-il.

Article original publié sur BFMTV.com