Une loi d'exception pour reconstruire Notre-Dame : "On est dans une société de l'immédiateté", estime un spécialiste d’architecture

franceinfo
Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art à la Sorbonne, signe une tribune dans "Le Figaro" pour dénoncer le délai trop court de la reconstruction annoncée de Notre-Dame.

Le gouvernement va préparer une loi d'exception pour accélérer la reconstruction de Notre-Dame. Le texte permettrait notamment de déroger au code du patrimoine, ce qui inquiète Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art à la Sorbonne, spécialiste d’architecture et président de l’association Sites & Monuments, qui publie une tribune dans Le Figaro mardi 23 avril. "On fait une ordonnance avant même de faire le diagnostic", déplore le professeur mardi sur franceinfo. Il dénonce "une société de la surconsommation de l'immédiateté" et défend "les procédures existantes qui ont servi" depuis le 19e siècle.

franceinfo : Le délai de cinq pour reconstruire Notre-Dame vous paraît trop court ?

Alexandre Gady : On fait une ordonnance avant même de faire le diagnostic. Il faut traiter la cathédrale dans son état actuel. C'est malheureusement un état très endommagé, non seulement par l'incendie que tout le monde a vu mais maintenant par les conséquences invisibles et notamment de l'eau qui est entrée par milliers de litres dans les maçonneries. L'eau est un ennemi mortel de l'architecture. En ce moment, on est dans une phase de confortation de ce qui reste, d'enlèvement des parties qui menacent de tomber, d'analyse des maçonneries gorgées d'eau, des joints qui eux-mêmes vont souffrir. Donc dire deux ans, trois ans, dix ans, ça n'a pas de sens. Il faut vraiment (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi