Loi climat : Pompili demande aux écolos d'arrêter de "décourager les gens"

·2 min de lecture

Présenté ce mercredi en conseil des ministres, le projet de loi «climat et résilience» est très critiqué par les défenseurs de l'environnement. La ministre de la Transition écologique estime au contraire qu'il est décisif.

Ancienne membre d'Europe Ecologie-Les Verts, Barbara Pompili avait ce mercredi matin un «message» pour ses «amis écologistes». «Arrêtons de décourager les gens! Quand on fait des efforts ça paye! (...) Je ne vois pas en quoi on fait avancer l'écologie en décourageant tout le monde. Je crois qu'on doit au contraire montrer que l'écologie ça va apporter de l'espoir, des changements dans la vie quotidienne. On va vivre mieux, on va manger mieux, on va moins payer dans [les logements] pour se chauffer... Bref, c'est positif l'écologie!», a-t-elle lancé sur France Inter. La ministre de la Transition écologique, qui porte le projet de loi «climat et résilience» présenté ce mercredi en conseil des ministres, défendait ainsi le texte censé transcrire dans la loi une partie des propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Très attendu, ce projet de loi rencontre l'opposition d'une grande partie des ONG et élus écologistes, qui le jugent trop peu ambitieux. Une critique partagée en partie par des organes comme le Conseil économique social et environnemental (CESE) et le Conseil national de la transition écologique (CNTE), qui ont rendu des avis émettant des doutes sur la capacité réelle du texte à atteindre les objectifs climatiques.

Sur France Inter, Barbara Pompili a vigoureusement défendu l'ambition du texte, tout en reconnaissant qu'il n'avait pas vocation «à porter toutes les ambitions de la France sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre». «On ne part pas d'une feuille blanche», a-t-elle assuré. «Les études qu’on a faites montrent que si on met en œuvre toutes les mesures qu’on a prévu depuis le début du quinquennat, on peut arriver à nos objectifs», a-t-elle insisté.

Des(...)


Lire la suite sur Paris Match