Loi climat: Pompili défend une "écologie pratique" et de "bon sens"

·2 min de lecture
La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili à l'Assemblée nationale à Paris le 9 mars 2021

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a défendu lundi une "écologie pratique", de "solutions simples" et de "bon sens", en ouverture des débats sur le projet de loi climat dans l'hémicycle de l'Assemblée.

A ses yeux, ce projet de loi s'attelle "à ce qu'il y a de plus ordinaire, de plus basique mais aussi de plus crucial: nos modes de vie". Elle a loué une "écologie pratique, qui apporte des solutions simples dans le quotidien des Français".

L'ancienne responsable d'EELV, critiquée par les militants écologistes qui jugent que son texte n'est pas à la hauteur, promeut une "écologie qui remet du bon sens dans nos vies, qui lutte contre tout ce que nous voyons d'aberrant, d'idiot, dans un système qui ne peut plus continuer comme avant".

"Cette loi, c'est une véritable bascule culturelle globale, qui fera de l'écologie une réalité du quotidien", a poursuivi Barbara Pompili.

En listant le contenu du texte, la ministre a souhaité que le débat parlementaire permette d'aller "plus loin", en matière de rénovation thermique des logements.

Elle a en outre souligné que ce projet de loi ne résumait pas l'ensemble des actions gouvernementales en matière écologique, insistant sur la fin de "grands projets datés comme Notre Dame des Landes, Europa City, la Montagne d'Or ou le terminal 4 de Roissy", ou les 30 milliards d'euros du plan de relance pour "décarboner notre économie".

Inspiré par les travaux de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi prévoit une série de mesures comme l'interdiction des vols intérieurs en cas d'alternatives en train de moins de 2h30 ou l'interdiction de la mise en location de passoires thermiques en 2028, les logements classés F et G.

Mais il est très critiqué par les écologistes, les associations environnementales et des membres de la Convention citoyenne, qui ont défilé dimanche pour "une vraie loi climat", critiquant le "manque d'ambition" du texte et le "détricotage" des propositions de la Convention.

adc/reb/cs/nm