Loi "anti-casseurs" : Amnesty international demande "l'abrogation" du texte

franceinfo
"Il y a un arsenal répressif en France déjà largement suffisant", a déclaré samedi sur franceinfo Nicolas Krameyer, responsable du programme liberté d'expression et défenseurs des droits humains pour Amnesty International France.

La loi "anti-casseurs", promulguée au Journal officiel jeudi 11 avril, est "une loi totalement de circonstance, votée dans la précipitation", a estimé samedi 13 avril sur franceinfo Nicolas Krameyer, responsable du programme liberté d'expression et défenseurs des droits humains pour Amnesty International France, alors qu'une quarantaine d'organisations ont appelé samedi à manifester contre cette loi. "Il y a un arsenal répressif en France déjà largement suffisant", explique Nicolas Krameyer. Amnesty international demande "l'abrogation de ce texte". "La population française est attachée au droit de manifester pacifiquement", tient à rappeler Nicolas Krameyer.

franceinfo : L'article 3 de la loi a été censurée par le Conseil constitutionnel. Malgré tout vous estimez toujours que ce texte est liberticide ?

Nicolas Krameyer : C'est toute la loi qui pose problème. On est très satisfait à Amnesty international avec d'autres organisations, que le Conseil constitutionnel ait joué son rôle et ait censuré l'interdiction administrative de manifester. Ce qui nous pose problème, c'est que c'est toute la loi qui est extrêmement problématique, et notamment la dissimulation de visage. Si une personne commet un délit, une violence, elle peut être interpellée. Il y a un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi