Une loi américaine sur le travail forcé des Ouïghours déstabilise la Chine

Les États-Unis se sont engagés mardi à appliquer strictement l'interdiction des importations de la province chinoise du Xinjiang, conformément à une loi qui entre en vigueur pour sanctionner le "travail forcé" des musulmans ouïghours que des organisations reprochent aux autorités de Pékin. Cette loi, l'un des outils du gouvernement américain contre ce qu'ils considèrent être un "génocide" visant cette minorité musulmane en Chine, est entrée en vigueur six mois après son adoption à l'unanimité par les parlementaires américains.

Elle vise un large éventail de produits fabriqués dans cette région du nord-ouest de la Chine mais devrait notamment se faire sentir dans l'industrie textile.

Plus de travail forcé

"Nous mobilisons nos alliés et partenaires pour faire en sorte que les chaînes d'approvisionnement mondiales soient débarrassées du recours au travail forcé", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué. Les Douanes des Etats-Unis, chargées d'assurer le respect du texte, ont publié des consignes affirmant que les produits du Xinjiang seront considérés comme étant le fruit du travail forcé, et donc interdits, à moins que les entreprises puissent fournir des documents prouvant le contraire.

Elles assurent vouloir contrôler l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, sans épargner des biens arrivant d'autres régions chinoises ou de pays tiers. Quelque 20% des vêtements importés chaque année aux Etats-Unis contiennent du coton du Xinjiang, sel...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles