Un logo, une histoire Ep. 6 : Ferrari, le cheval cabré de Maranello

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Un logo, une histoire Ep. 6 : Ferrari, le cheval cabré de Maranello
![CDATA[]]
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Bienvenue dans ce sixième épisode de Un logo, une histoire, le podcast d'AutoPlus.fr qui retrace l'histoire des marques à travers leurs logos.

Pour ce 6ème épisode, on revient sur l'une des plus célèbres firmes de véhicules sportifs du monde, venue tout droit de Maranello en Italie.

Voici l'histoire magique de Ferrari, retracée à travers l'évolution de son logo, le Cheval cabré !

Une marque mythique fondée par Enzo Ferrari

Nous sommes en 1929. Cette année-là, le dynamique patron de la division sportive d’Alfa Romeo, décide de créer sa propre structure pour aligner en compétition les machines du Quadrifoglio.

Il s’agit du célèbre Enzo Ferrari. Mais pour habiller son écurie, le futur « Commendatore » a besoin d’un logo. Lui revient alors en mémoire cette rencontre de l’été 1923.

Cette année-là, il remporte le Grand Prix Automobile du Circuito del Savio. C’est sa première victoire de sa brève carrière de pilote. Le soir de son triomphe, Enzo Ferrari est présenté à une certaine comtesse, Paolina. Cette dernière est la mère de Francesco Baracca, un as de l’aviation italienne.

Victorieux de plus de 34 duels aériens, il devient un véritable héros aux yeux de son pays. Sur les flancs de son appareil, le comte Baracca arbore un cheval noir. Véritable symbole de richesse, il fait référence aux nombreux chevaux que possède sa famille.

Et c'est lors d'une entrevue avec Enzo, que la comtesse Paolina lui aurait remis un pendentif avec cet emblème. Elle lui suggère...Lire la suite sur Autoplus

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles