Logiciel Pegasus : les téléphones de cinq ministres ont été espionnés

·1 min de lecture

L'affaire du logiciel Pegasus avait marqué l'été. Elle n'est visiblement pas terminée. Les téléphones d'au moins cinq ministres français et un diplomate rattaché à l'Élysée ont été infectés par le logiciel espion Pegasus, selon le site français Mediapart, une information confirmée vendredi 24 septembre à l'AFP par deux sources proches du dossier.

Les téléphones ont été infectés en 2019 et 2020 et ont présenté des marqueurs d'infection par le logiciel espion commercialisé par la société israélienne NSO, lors de leur examen par les services de sécurité français, selon Mediapart.

Les ministres concernés sont Jean-Michel Blanquer (Éducation), Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires, dépendant du ministère de l'Intérieur), Julien Denormandie (Agriculture depuis juillet 2020, Ville et Logement auparavant), Emmanuelle Wargon (Logement, Transition écologique auparavant), Sébastien Lecornu (Outre-mer).

Un diplomate de la cellule diplomatique du palais de l'Élysée, travaillant avec le président Emmanuel Macron sur les sujets internationaux, est également concerné.

Aucune source officielle sollicitée par l'AFP n'a commenté ces informations, pas plus que NSO. Mais deux sources proches du dossier ayant requis l'anonymat ont confirmé à l'AFP la véracité de ces informations.

>> A lire aussi - Pegasus : Reporters sans frontières réclame à Israël un moratoire sur les ventes du logiciel

"Mon téléphone a fait partie de ceux qui ont été regardés par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

De nouvelles corrections sans passer par l'ophtalmo ? Ce sera possible en 2022
L’Assurance maladie devrait continuer à rembourser la télésurveillance de certaines maladies chroniques
Leur foncière permet de faire revivre les commerces dans nos villages
Crise des sous-marins : le Royaume-Uni propose à la France de "rétablir une coopération”, Macron “attend ses propositions”
Dégâts dans les cultures, dangers sur la route : un troupeau de chèvres sème la pagaille dans l’Ouest marseillais

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles