Un logiciel qui détecte la douleur bientôt testé au CHU de Caen

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Un membre du personnel soignant enfile une blouse jetable dans un service de réanimation de l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, en juillet 2020. (Photo d'illustration)
Un membre du personnel soignant enfile une blouse jetable dans un service de réanimation de l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, en juillet 2020. (Photo d'illustration)

C'est un logiciel qui pourrait améliorer la prise en charge des personnes dans les services de réanimation et aider les soignants. France Bleu Normandie rapporte qu'une start-up, Samdoc, a développé une application qui permet de repérer la douleur ressentie par des patients qui ne peuvent s'exprimer. En effet, l'application, nommée Nevva, s'installe sur un téléphone, à placer au-dessus du patient. La caméra du téléphone observe les mouvements faciaux du patient. « C'est analysé par des algorithmes basés sur la littérature scientifique sur la douleur et sur notre expertise. Et ça traduit sous la forme d'une courbe. Une variation du signal douloureux facial », explique Julien Lelandais, l'un des deux fondateurs de Samdoc, à la radio publique.

Soulager les équipes

Jusqu'à présent, c'est un professionnel de santé qui se rend au chevet du patient à intervalle régulier et procède à l'observation de son visage et des mouvements de son corps, pour en déduire la douleur ressentie. Dans un futur proche, ces informations pourront être récupérées sur un écran d'ordinateur, sans avoir à entrer dans la chambre. L'ajustement des traitements administrés pourra donc se faire en temps réel.

« Aujourd'hui, ça se passe sur papier. Ce n'est pas satisfaisant. Alors on a imaginé un outil continu pour soulager les équipes afin qu'elles se concentrent sur des tâches à plus forte valeur ajoutée », ajoute Julien Lelandais, par ailleurs étudiant en médecine. Le CHU de Caen sera le premi [...] Lire la suite