Logement : des pistes pour prévenir un boom des expulsions locatives

·1 min de lecture

Comment éviter la bombe à retardement? Missionné cet automne, le député LREM Nicolas Démoulin vient de rendre un rapport très attendu sur la prévention des expulsions locatives. Résultat : 53 recommandations pour anticiper les conséquences de la crise sanitaire et améliorer durablement le dispositif. Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au logement, qui s'exprimera mardi à l'occasion de la présentation du rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre, devrait s'en inspirer pour annoncer de nouvelles mesures.

Car il y a urgence.  Si le gouvernement a pu diviser par quatre le nombre d'expulsions dans ce contexte de pandémie* (3.500 en 2020, contre 16.700 en 2019), ces dernières risquent de grimper en flèche dès la fin de la trêve hivernale. "Si rien n'est fait, il faut s'attendre à un doublement!", prévient le rapporteur. Selon lui, on pourrait même atteindre le chiffre record de 30 .000 exécutions avec concours de la force publique sur l'ensemble de l'année!

"

Nous devons aussi aller chercher les ménages qui risquent aujourd'hui de basculer dans la précarité

"

Le rapport propose donc d'échelonner la reprise des expulsions. "Il faudra examiner chaque situation à l'aulne de différents critères : profils des locataires, nature du bailleur, montant des dettes…", conseille le député. Un travail de dentelle. Dans le parc hlm, l'idée serait de privilégier au maximum le maintien dans le logement, notamment pour les plus fragiles (personnes âgées, handicapés, familles avec enfant…).

En p...


Lire la suite sur LeJDD