Logement. À Bruxelles, 45 % des logements Airbnb sont gérés par des pros ou des investisseurs

·1 min de lecture

Une équipe de chercheurs a passé en revue la totalité de l’offre d’hébergements Airbnb dans la capitale belge. Sa conclusion : la moitié seulement provient de particuliers qui louent tout ou partie de leur logement, de façon occasionnelle. Les autres sont forcément gérés par des professionnels.

“Louer une pièce de son logement à des touristes, de temps en temps et pour quelques jours” : c’est ce que proposait l’entreprise Airbnb à son lancement, en 2008, résume De Tijd. Mais à Bruxelles, cette formule ne correspond qu’à l’activité de 34 % des hôtes actifs sur la plateforme de logement.

À lire aussi: Logement. À Bruxelles, les prix de l’immobilier toujours en hausse

Ce pourcentage est le résultat d’une étude de la VUB (l’université libre néerlandophone de Bruxelles) financée par Innoviris, un organisme de la Ville de Bruxelles consacré à la recherche et à l’innovation. L’étude se fonde sur l’année 2019, précise le quotidien financier, avant la pandémie, donc, “quand le tourisme tournait encore à plein”. Le territoire bruxellois comptait alors 11 427 offres de logement sur la plateforme de location.

Quatre catégories

“L’identité des hôtes ne peut pas être déterminée clairement, car Airbnb ne fournit pas de données à leur sujet. Mais en combinant différentes données, l’équipe de la VUB a pu les classer en quatre catégories”, poursuit De Tijd.

La première correspond donc aux 34 % d’hébergeurs qui se conforment pleinement à l’idée de départ, et la deuxième (21 %) à ceux qui louent tout un logement, mais moins de 120 jours par an.

Les deux dernières catégories posent davantage question – “d’après les chercheurs il s’agit à coup sûr

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles