Loft Story : voici combien a rapporté le tube Up and Down aux candidats

·1 min de lecture

« Lofteurs up and down, Lofteurs move around, Ho, ho, ho, Lofteurs number one » : voilà, l’incontournable tube des Lofteurs est de nouveau imprimé dans votre crâne. Cette chanson qui reste diablement dans la tête est sortie en 2001, en pleine Loft Story mania. Désirant profiter un maximum du succès de l’émission, M6 Interactions avait proposé à l’époque à huit Lofteurs d’enregistrer « l’hymne officiel » de l’émission. Julie, Steevy, Fabrice, Delphine, Kimy, Philippe, Kenza et David avaient été invités à enregistrer le disque en marge de l’aventure. Un moment que les abonnés à la chaîne 24h/24 alors disponible sur TPS avaient pu suivre, comme le rapportait Libération. « C'est quoi cette daube ? », « Trop bidon ! », « Qui a fait les paroles ? », « Putain, décidément, tout est bon pour faire du flouze », s’étaient exclamés les candidats en découvrant les paroles et la musique très entêtante d’Up and Down. Cela ne les a pas empêchés d’enregistrer ce tube, qui s’est hissé en tête des ventes des singles en France pendant sept semaines et s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires !

Si l’on pourrait croire que cet énorme succès a permis aux Lofteurs de devenir très riches, il n’en est rien : c’est surtout M6 Interactions qui a bénéficié du carton réalisé par le single. « Nous nous étions un peu fait avoir avec Up and Down, nous avions dû prendre un avocat pour notre contrat, a raconté Kimy à TV Mag. Nous avions touché environ 60 000 francs chacun. » Soit près de 9000 euros, ce qui (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Jean Dujardin : le comédien va jouer dans un film autour des attentats de novembre 2015
VIDEO Incroyables transformations : Nicolas Waldorf se déguise avec les vêtements d'une candidate, les expertes sous le choc
Prince Harry : pourquoi n'a-t-il volontairement pas préparé Meghan Markle à son rôle dans la famille royale ?
Yves Rénier : cet homme politique controversé qui lui a donné la réplique dans Commissaire Moulin
Jean Castex : après les petites culottes, le Premier ministre reçoit encore des colis improbables