"L'oeuvre d'une vie, devenir mère" : Rachel Cusk assimile la maternité à un naufrage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Rachel Cusk
    Écrivaine canadienne

Une femme à bout de nerfs jette le repas de ses enfants contre le mur blanc de sa cuisine. S'il fallait résumer les livres de Rachel Cusk en une image, ce serait celle de cette nourriture gâchée dégoulinant sur un mur trop blanc et trop lisse, métaphore d'apparences que la romancière britannique s'emploie depuis ses débuts à dézinguer. 

Non sans quelques revers. Quand, en 2001, paraît outre-Manche L'Œuvre d'une vie, qui assimile la maternité à un naufrage, à contre-courant des discours lénifiants sur le sujet, les critiques pleuvent. Cusk est accusée d'égoïsme, d'irresponsabilité, d'immaturité et d'écrire – au lieu de s'occuper de son nourrisson – des phrases trop longues. On la qualifie de privilégiée s'offrant le luxe d'intellectualiser une expérience que tant de femmes se contentent de vivre en silence. Et ce n'est pas l'écrivaine que l'on juge, mais la mère qui, en décrivant sa grossesse et les premiers mois de vie de sa fille aînée, brise un pacte social nimbé de mystérieux – et semble-t-il inavouables – secrets. 

"

Je me sens comme une maison qu'on aurait agrandie : là où il y avait un mur, il y a désormais une nouvelle pièce

"

Ces fameux secrets sont ici synonymes de coliques, d'hémorroïdes, d'épuisement et de solitude. "Je suis devenue une tâche inachevée, un coup de téléphone que je ne parviens pas à passer, une facture que je ne trouve pas le temps de payer", écrit la jeune mère, nostalgique d'une vie passée avec laquelle elle renoue "comme avec un amant" quand dort ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles