L'odeur de soufre perçue en Île-de-France n'est toujours pas expliquée

AFP
Malgré de premières analyses, l'odeur de soufre perçue en Île-de-France reste inexpliquée (photo d'illustration)

PARIS - La préfecture de police de Paris a indiqué lundi 11 mai en fin de soirée ne pas avoir “identifié de composé particulier” qui aurait pu être à l’origine d’une odeur de soufre ressentie en Île-de-France dans la nuit de dimanche à lundi.

L’odeur, également comparable à celle d’œuf pourri, a été ressentie dimanche soir dans le nord de Paris, selon les témoignages de très nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

“Le laboratoire central de la préfecture de Police de Paris a effectué et analysé des prélèvements d’air. Ces analyses n’ont pas permis d’identifier de composé particulier, notamment soufré qui aurait pu être à l’origine de ces odeurs”, selon un communiqué. “La préfecture de Police rappelle par ailleurs qu’elle n’a eu connaissance d’aucun événement du type incident industriel sur la région qui aurait pu en être la source”, poursuit la préfecture de police.

 

“L’odeur de soufre était reconnaissable mais la concentration très, très faible”, a indiqué à l’AFP, Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.

Deux hypothèses étaient envisagées, “la source assainissement” des eaux usées, et “un nuage de dioxyde de soufre qui arrive de l’étranger”, a déclaré l’ajdoint au maire.

Le système d’assainissement hors de cause, selon le SIAAP

Les pompiers d’Île-de-France ont reçu de très nombreux appels depuis dimanche soir pour signaler une inhabituelle odeur de soufre dans l’air, sans pouvoir donner lundi d’explication à ce phénomène, peut-être lié aux intempéries, selon eux.

L’odeur a été signalée jusqu’à Melun (50 km au sud de Paris) et Meaux (50 km à l’est de Paris), ont confirmé lundi à l’AFP les pompiers de Seine-et-Marne.

“Odeur de soufre ressentie sur plusieurs...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post