L'Ocean Viking secourt 37 migrants à la dérive au large de la Libye

Vue aérienne montrant le navire de l'ONG SOS Méditerranée Ocean viking escorté par un navire militaire au large de la Corse du nord, le 10 novembre 2022 (illustration) - Pascal POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP
Vue aérienne montrant le navire de l'ONG SOS Méditerranée Ocean viking escorté par un navire militaire au large de la Corse du nord, le 10 novembre 2022 (illustration) - Pascal POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP

L'Ocean Viking, navire-ambulance de l'ONG humanitaire SOS Méditerranée, a secouru 37 migrants à la dérive au large de la Libye ce samedi, migrants qu'elle va débarquer à Ancône, le port de la côte Adriatique qui lui a été affecté par l'Italie, a indiqué l'ONG.

Ce samedi matin, "l'Ocean Viking a secouru 37 personnes" à bord "d'une petite embarcation pneumatique surchargée dans les eaux internationales au large de la Libye", a expliqué l'ONG dans un communiqué, en précisant que le navire a ensuite pris la direction d'Ancône, le port sûr qui lui a été assigné par les autorités italiennes.

"Le port se trouve à 1.575 km de la zone d'opération, soit quatre jours de navigation", a regretté SOS Méditerranée, inquiète pour les rescapés alors que "les prévisions météorologiques se dégradent à partir de dimanche soir", les exposant à "des vents forts et une mer agitée".

Les migrants souffrent d'intoxications et de brûlures

Certains des migrants souffrent déjà "d'intoxications et de brûlures dues au carburant", subies à bord de l'embarcation où ils étaient entassés avant d'être secourus. Parmi les 37 personnes, deux sont des femmes et 12 des mineurs non accompagnés.

Fin décembre, après avoir secouru 113 migrants à bord d'une embarcation pneumatique surchargée dans les eaux internationales dépendant de la zone de recherche et de secours maltaise, proche de la zone libyenne, l'Ocean Viking s'était vu assigner le port sûr de Ravenne, déjà sur la côte Adriatique italienne, mais plus au nord.

En novembre, l'Ocean Viking avait accosté à Toulon avec à son bord 230 migrants qui avaient été immédiatement enfermés dans une "zone d'attente" internationale créée dans un centre de vacances de la presqu'île de Giens.

Article original publié sur BFMTV.com