L'OCDE annonce un accord pour la taxation des multinationales

·1 min de lecture

130 pays, mais pas l'Irlande, sont parvenus jeudi 1er juillet à un accord sur une réforme de la taxation des multinationales, prévoyant notamment la mise en place d'un impôt minimum sur les bénéfices "d'au moins 15%", a annoncé l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). "Après des années de travaux et de négociations intenses, ce paquet de mesures historique garantira que les grandes entreprises multinationales paient leur juste part d’impôts partout dans le monde", a déclaré Mathias Cormann, le secrétaire général de l’OCDE qui pilote ces négociations, cité dans un communiqué.

Un petit groupe de pays, dont l'Irlande et la Hongrie, très réticents à la proposition d'accord qui était en négociation, n'ont pas signé la déclaration conclue ce jour, selon la liste fournie par l'Organisation. La déclaration commune, qui se base sur l'accord conclu au G7 début juin, prévoit aussi de répartir de manière "plus équitable" les bénéfices entre les pays où sont installés les sièges des entreprises et ceux où elles réalisent effectivement leur activité, même sans présence physique. Ce volet vise notamment les géants du numériques.

>> A lire aussi - Amazon n'échappera pas à la taxe sur les multinationales, promet Bruno Le Maire

La secrétaire au Trésor américain Janet Yellen a salué "un jour historique pour la diplomatie économique", tandis que son homologue allemand Olaf Scholz a évoqué un "pas colossal vers une plus grande justice fiscale". Pour le ministre français (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ouïghours : quatre géants du textile poursuivis pour "recel de crimes contre l'humanité"
La Thaïlande retrouve ses touristes, mais pour combien de temps ?
En pleine conférence de presse, la malencontreuse chute d’un tableau de Picasso
Covid-19 : après 10 semaines de recul, le nombre de cas repart à la hausse
L'Italie accuse un déficit budgétaire abyssal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles