L'océan est-il la solution pour nous sauver du réchauffement climatique ?

·1 min de lecture

(Cet article de décryptage était initialement publié le 22 janvier 2021.)

Depuis 50 ans, il a stocké plus de 90 % de la chaleur excédentaire accumulée dans la machine climatique à cause du réchauffement anthropique. Il a aussi absorbé entre 20 et 30 % de nos émissions de CO2. Plus qu’un régulateur du climat, l’océan apparaît aujourd’hui comme un véritable modérateur du changement climatique. « Au prix, toutefois, de répercussions importantes sur son fonctionnement », fait remarquer Jean-Pierre Gattuso, chercheur au laboratoire d’océanographie de Villefranche (CNRS), en introduction. Réchauffement, acidification, désoxygénation, élévation du niveau de la mer. L’océan souffre, lui aussi.

Mais puisqu’il couvre plus de 70 % de la surface de notre planète, ne pourrait-il pas jouer un rôle dans notre action climatique ? « Assurément, répond Jean-Pierre Gattuso. En accélérant le déploiement des énergies renouvelables marines notamment. Elles ont le potentiel d’alimenter le monde dans tous ses besoins en électricité sans émettre de gaz à effet de serre ». De manière peut-être plus locale — même si cela « doit impérativement être associé à une stratégie globale d’atténuation » —, nous pourrions aussi travailler à la conservation — ou à la restauration — de la végétation côtière. De quoi augmenter l’absorption de CO2 et éviter de nouvelles émissions tout en protégeant les côtes de l’érosion, en maintenant la biodiversité et en contribuant à la sécurité alimentaire.

Cependant si l’on parle plus précisément de méthodes de géoingénierie, ou d’ingénierie climatique, les choses semblent se compliquer. « En la matière, les États-Unis sont sans doute ceux qui mènent le plus de réflexions. Ils publient des rapports. Ils définissent des priorités. Mais l’ingénierie climatique marine n’en fait pas partie. L’idée de fertiliser les océans n’est même pas évoquée. Parce qu’il reste trop de difficultés, trop d’inconnues et parce qu’elle ne semble pour l’heure tout...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura