Liz Truss confondue sur Twitter avec une internaute

Prise à tort pour Liz Truss sur Twitter, Liz Trussell se régale à répondre aux messages (et c’est hilarant).
AFP / Le HuffPost Prise à tort pour Liz Truss sur Twitter, Liz Trussell se régale à répondre aux messages (et c’est hilarant).

AFP / Le HuffPost

Prise à tort pour Liz Truss sur Twitter, Liz Trussell se régale à répondre aux messages (et c’est hilarant).

ROYAUME-UNI - Certains Britanniques voudraient déjà la voir Première ministre à la place de la Première ministre. Le compte Twitter d’une certaine Liz Trussell fait le bonheur des internautes outre-Manche depuis la nomination de la nouvelle cheffe du gouvernement, Liz Truss, qui remplace officiellement Boris Johnson à partir de ce mardi 6 septembre.

Tout démarre avec une ressemblance qui a précipité une certaine confusion. Sur Twitter, le compte Twitter « @Liztruss », alimenté par une personne disant s’appeler Liz Trussell, a été pris pour le compte Twitter de la nouvelle résidente du 10, Downing Street, dont le véritable compte est « @Trussliz ».

Une nuance si mince que beaucoup d’utilisateurs du réseau social, dont des comptes officiels, ont confondu les deux personnes au moment de réagir à l’actualité brûlante de lundi : la désignation de la nouvelle Première ministre britannique.

« Je me prépare pour aller à Balmoral ! »

Mais cela n’a pas semblé déranger la personne qui tient le compte « Liz Trussell », bien au contraire. Elle s’est en fait amusée à répondre à tous les messages qu’elle recevait, avec beaucoup d’humour. « Félicitations à @Liztruss qui endosse le rôle de Première ministre du Royaume-Uni », a par exemple tweeté le compte officiel de la Première ministre suédoise, Magdalena Andersson, dans un message désormais supprimé. « J’ai hâte de venir bientôt ! Préparez les boulettes de viande suédoises », a rapidement répondu Liz Trussell.

« Je vais être bien occupée », répond-elle aussi à un internaute annonçant la nomination de la nouvelle Première ministre en taguant le mauvais compte Twitter.

« Je me prépare pour aller à Balmoral ! J’ai hâte de rencontrer les corgis », écrit-elle encore ce mardi matin, alors que la vraie Liz Truss se rend dans cette résidence royale en Écosse pour être nommée officiellement par la reine Elizabeth II.

« Merci chéri », a-t-elle écrit à un internaute l’ayant confondue et félicité d’avoir « rendu son pays fier ».

« Désolée j’étais chez Nando’s (une célèbre chaîne de restaurants, NDLR) », dit-elle à un internaute qui voulait reprocher à la vraie Liz Truss d’avoir ignoré son concurrent dans la course à la tête du parti conservateur, Rishi Sunak, au moment de l’annonce des résultats.

« Les gens n’arrêtent pas de taguer une anonyme au lieu de la nouvelle Première ministre et elle se laisse prendre au jeu, LOL »

Une élue écologiste de la Chambre des communes, Caroline Lucas, a elle aussi mentionné le mauvais compte Twitter dans un message critique sur le bilan de Boris Johnson et la campagne menée par Liz Truss pour le remplacer. « Toutes mes excuses, mon dernier tweet à propos de la direction de parti conservateur était destiné à @Trussliz, et non pas Liz Trussell qui écrit sous le pseudo de @Liztruss. Même si franchement elle ferait probablement un meilleur travail », a-t-elle rapidement corrigé dans un nouveau message.

Une histoire qui en rappelle une autre

L’humour de cette « Liz Trussel », dont les derniers tweets remontaient auparavant à 2018, a fait mouche. Nombre d’utilisateurs ont ainsi proposé, toujours au second degré, que Liz Trussell soit nommée Première ministre à la place de la conservatrice Liz Truss.

« Où est-ce que je signe ? », a ainsi demandé la première à un conseiller local qui propose une « pétition pour que @Liztruss devienne Première ministre à la place de @trussliz ».

« Si @Liztruss arrive à Balmoral avant @trussliz et montre sa carte d’identité, la reine DOIT la nommer Première ministre. C’EST LA LOI »

« Est-ce qu’il est trop tard pour désigner cette Liz Truss Première ministre ? »

« Ahahah, je sais ce qu’elle ressent ! », écrit quant à lui Eric Trump, un homonyme de l’homme d’affaires et fils de l’ancien président américain Donald Trump.

L’histoire de Liz Trussell (qui n’a pas répondu aux sollicitations du HuffPost) rappelle celle de John Lewis, un père de famille américain qui reçoit 50 000 tweets par an destinés à la chaîne britannique de grands magasins du même nom.