LIVRE. Vérité scientifique, intégrité et fake news

·2 min de lecture

Un nouvel ouvrage consacré à l’intégrité en sciences est destiné à servir d’outil aux chercheurs et universitaires pour agir contre la fraude et la falsification des données. En jeu, la confiance entre scientifiques et la société.

Deviendra-t-il un vade-mecum face aux "fake news" et à l’érosion des valeurs universitaires comme la production et la transmission d’un savoir d’excellence ? Par son seul titre (1), l’ouvrage collectif de 528 pages qui vient d’être publié indique le niveau de la menace, tel que l’estiment en tout cas les deux enseignants-chercheurs ayant dirigé sa publication, , professeur émérite à l’Université de Genève et , professeur à l’Université de Coimbra (Portugal) (2).

"Nous travaillons pour le futur"

"Nous travaillons pour le futur", ont-ils affirmé lors d’une journée organisée autour de la sortie du livre fin juin 2021 à l’Université de Genève, souhaitant qu’il devienne un "outil de référence pour tous ceux qui veulent savoir comment agir sans perdre de temps" (lire l'encadré ci-dessous). Ils jugent en effet qu’il faut "se surpasser face aux dangers qui guettent notre métier […], notre civilisation de la connaissance étant menacée tant par les nouveaux modèles de production que par l’absence de gêne des délinquants de la connaissance". Un constat partagé par un récent (l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques), s’inquiétant du manque de confiance qui pourrait s’installer entre scientifiques et citoyens.

"Trois interdits : fraude, falsification, plagiat"

Le danger vient-il d’une forme de "taylorisation de la science, d’une fragmentation de l’espace de publication" ? C’est ce que suggère Patrick Furrer, qui coordonne actuellement le programme open science des swissuniversities (3). A noter la publication par ces dernières, en mai 2021, d’un remettant en avant "les principes fondamentaux de fiabilité, honnêteté, respect, responsabilité". Dans le domaine de la science, il y a "trois interdits : fraude, falsification, plagiat", rappelle Sarah Carvallo, l’une des 40 auteurs, qu’on ne saurait toutes et tous citer ici. Simple ? Pas sûr quand il s’agit de mettre concrètement en œuvre l’intégrité scientifique au niveau international alors q[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles