LIVRE. "Ma santé, mes données" par Coralie Lemke : et le secret médical devint soluble dans le numérique

·2 min de lecture

Dans "Ma santé, mes données" (éd. Premier Parallèle), notre journaliste Coralie Lemke explore l'univers largement méconnu du grand public de l’exploitation des données médicales. Entre cybercriminels, databrokers et puissance algorithmique des GAFAM, il est loin le temps du secret médical gardé par le médecin de famille.

Au fond, jusque-là, les hôpitaux ne croyaient pas tellement qu’ils feraient des cibles”. C’est sur un ton un brin fataliste que le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information Guilaume Poupard faisait ce constat lors du à Lille début septembre 2021. Hôpitaux de Paris, CHU de Rouen, hôpital d’Arles, hôpital Nord Ouest de Villefranche-sur-Saône… Les attaques se sont succédé depuis 2019. C’est en toute logique par le sujet du cybercrime et des virus informatiques que s’ouvre l’essai Ma santé, mes données (Premier Parallèle), de Coralie Lemke, journaliste à Sciences et Avenir, tant cet aspect reste a priori le plus parlant. Et pourtant…

Les données de santé sont loin de n’être exposées qu’à des bandes hackers russes sous pseudonyme dans le Darknet. C’est le grand mérite de l’autrice que de restituer toutes les dimensions des problèmes que pose aujourd’hui la dissémination de nos données médicales et leur transmission sous forme numérisée.

Une dissémination de données au quotidien

Une dissémination dont on peine même à prendre conscience tant elle s’intègre dans des actes quotidiens, comme une routine. Comme utiliser sa carte vitale. Consulter son dossier Ameli (site de l'assurance maladie). Recevoir ou transmettre par e-mail de l’imagerie médicale. Sans compter tous ces usages présentés comme ludiques à coup de podomètres connectés et de bracelets Fitbit capteurs de données d’activité physique, dont on poste fièrement les résultats sur Facebook ou WhatsApp.

Tout cela représente une manne pour quantité d’acteurs. Laboratoires, start-up, data brokers à la recherche de fichiers de données à revendre, mais aussi compagnie d'assurance et mutuelle qui cherchent à moduler les montants des cotisations et géants du numérique jamais rassasiés de “data” à faire traiter par leurs algorithmes de ciblage ou pour leurs expérimentations de diagnostic médical par intelligence artificielle.

Pour faire simple, ce qui se passait jusque-là avec les do[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles