Livre des portes, livre de Nout, livre des Morts : ces passeports pour l’au-delà

·2 min de lecture

Tous les "livres" de l'Egypte antique constituent des boîtes à outils pour l’autre monde et sont reproduits sur les parois des chapelles funéraires pour les nobles, des chambres sépulcrales pour les rois, selon un ordre et une composition propres à chaque tombe.

Cet article est issu du Hors-série de Sciences et Avenir n°197 daté avril-mai 2019.

On ne quitte pas le monde des vivants sans quelques préparatifs ! À l’Ancien Empire, les Textes des pyramides, inscrits sur les parois du tombeau, accompagnent l’ascension du royal défunt vers le monde du dieu solaire. Au Moyen Empire, ces textes gagnent l’aristocratie, qui les fait graver ou peindre sur les cercueils de bois. Les Textes des sarcophages étendront leur influence jusqu’au Nouvel Empire. C’est alors un festival ! Le Livre des morts, très influencé par les textes précédents, y trouve une place de choix. Mais d’autres apparaissent pour répondre à la question : où va le Soleil lorsqu’il disparaît chaque soir ? Assimilant le défunt à l’astre solaire, ces écrits sont autant de guides vers l’au-delà, car le chemin se révèle semé d’embûches, telles des rencontres patibulaires avec des bouchers aux doigts crochus ou, pire, Apophis, le serpent personnifiant les forces du chaos.

Tous ces "livres" constituent des boîtes à outils pour l’autre monde et sont reproduits sur les parois des chapelles funéraires pour les nobles, des chambres sépulcrales pour les rois, selon un ordre et une composition propres à chaque tombe. Comment les extraits sont-ils sélectionnés ? Mystère ! Les égyptologues les ont regroupés en deux familles : les livres du monde inférieur - qui traitent du voyage souterrain du Soleil - et les livres du ciel, qui racontent comment l’astre se déplace dans le corps de Nout, la déesse du ciel, après qu’elle l’a ingurgité tous les soirs et avant qu’elle le remette au monde tous les matins.

Livres du Monde inférieur

Le Livre de l’Am-douat

De son vrai nom Écrits de la salle cachée, celle-ci étant la demeure d’Osiris, maître de l’au-delà. L’exemple le plus ancien de ce texte est gravé sur les murs de la tombe qu’Hatchepsout fit construire pour son père Thoutmosis Ier. L’Am-douat ("ce qu’il y a dans la Douat", le monde souterrain) décrit le périple de Rê durant les douze he[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles