Dans son livre, Philippot règle ses comptes avec Marine Le Pen

LExpress.fr
L'ancien n°2 du FN livre une analyse sévère de la campagne présidentielle de Marine Le Pen, dans son livre à paraître, Frexit.

Il a quitté le Front national en septembre 2017, mais n'en a pas fini avec lui. L'ombre du parti d'extrême droite plane toujours sur Florian Philippot, un an après son départ fracassant. Dans un livre à paraître le 19 septembre, Frexit, le président des Patriotes revient sur son passage au FN (désormais Rassemblement national) et étrille Marine Le Pen.  

Le ton est donné dès les premières pages. Florian Philippot évoque le débat raté de la candidate face à Emmanuel Macron, le 3 mai 2017. "Marine Le Pen est catastrophique, sur le fond et plus encore sur la forme. Elle ne rassure pas, elle fait peur. Sa posture ne convient pas. Son ton est décalé. Ses rictus et ses rires inquiètent. Ce soir-là, des millions de voix basculent ou se perdent pour longtemps dans l'océan de l'abstention." 

LIRE AUSSI >> Macron-Le Pen: un débat "digne de la maternelle" ? 

Au cours de ce duel télévisé, Marine Le Pen "se noie complètement" sur le sujet monétaire. La candidate a toutes les peines du monde à défendre son projet de sortie de l'Euro et sa volonté de faire cohabiter deux monnaies. Une "théorie fumeuse", imposée selon Florian Philippot par Nicolas-Dupont Aignan en échange de son soutien à la candidate. Cette proposition de dernière minute illustre à ses yeux le changement de pied de Marine Le Pen sur l'Europe. "La rupture s'est faite sur les idées", insiste l'ancien ambitieux numéro 2 du parti. 

"Jamais très sure de ses convictions"

La candidate, "jamais très sure de ses convictions", aurait subi des "influences extérieures", d'un "entourage très à droite". Florian Philippot cite l'ex-mégretiste Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen. L'énarque pointe aussi l'influence de la droite "hors les murs", incarnée médiatiquement par Paul-Marie Couteaux ou Patrick Buissson. En pleine crise migratoire, ces partisans de l'union des droites auraient convaincu la candidate de privilégier le discours sur l'immigration et les "valeurs", au détriment de la question européenne. Une stratégie éloigné...Lire la suite sur L'Express.fr

Macron à un chômeur: "Je traverse la route, je vous trouve" un travail

Comment l'Elysée a failli vendre des mugs en fausse porcelaine de Limoges

À peine sortis, les goodies de l'Élysée déjà détournés

Dans son livre, Philippot règle ses comptes avec Marine Le Pen